4 entreprises ont relevés les Challenges pour un Fenua Durable 2019

4 entreprises locales relèvent les Challenges pour un Fenua Durable et obtiennent leurs labels

Lancé en octobre 2018 par la CCISM, en partenariat avec l’ADEME, la DIREN et Fenua Ma, le label Challenges pour un fenua durable a pour objectif d’inciter et favoriser les entreprises dans des actions concrètes de développement durable.

Cette année, les entreprises Blue Star, Eureka, Laiterie Sachet et Paruru Natura (marque Eco Fare) ont su relever les défis lancés par le label et ont reçus leurs labels le 26 septembre 2019.

 

En quoi cela consiste ?

Les quatre entreprises à présent labellisées niveau or pour une durée de 3 ans, accompagnées par les conseillers de la Cellule Qualité, Hygiène, Sécurité et Environnement (QHSE) de la CCISM, ont relevé, en plus de ceux obligatoires, 10 challenges optionnels parmi une liste répartie en 7 thématiques :

– les déchets

– l’eau

– l’énergie

– les produits et services de développement durable

– le transport, la mobilité et dplacement

– le développement local et sociétal

– la sensibilisation au développement durable

 

Entreprises, vous souhaitez vous labelliser ?

Les entreprises souhaitant obtenir le label Challenges pour un Fenua Durable millésime 2020, peuvent s’inscrire auprès de la Cellule QHSE de la CCISM d’octobre jusqu’à décembre 2019.

 

Comment participer au label Challenges pour un Fenua Durable ?

L’entreprise peut candidater à 3 niveaux de label :

  • Niveau bronze (2 à 4 challenges optionnels relevés en plus de tous les challenges obligatoires)
  • Niveau argent (5 à 9 challenges optionnels relevés en plus de tous les challenges obligatoires)
  • Niveau or (plus de 10 challenges optionnels relevés en plus de tous les challenges obligatoires)

Afin de relever les Challenges pour un Fenua Durable, elle passe par les étapes suivantes :

  1. Octobre – décembre : inscription auprès de la CCISM
  2. Janvier – mars : diagnostic en entreprise par un conseiller de la cellule QHSE de la CCISM
  3. Mars – avril : remise du rapport de visite, bilan et présentation des challenges à relever
  4. Avril – septembre : accompagnement et suivi
  5. Septembre – octobre : labellisation

 

Renouvellement : le label est valable 3 ans, à l’issue de ces 3 ans, une nouvelle visite doit être effectuée pour vérifier la pérennisation des actions menées lors de la première année. Pour conserver son label, l’entreprise devra également relever 2 challenges supplémentaires.

 

Contacts

Pour plus d’information, contactez la cellule QHSE de la CCISM : 40 47 27 47 / qhse@ccism.pf

 

 

 

2019-10-04T14:46:19-10:0004 octobre 2019|

Glossaire

CET (ou Centre d’Enfouissement Technique)2018-11-20T15:38:25-10:00

Site utilisé pour le stockage permanent et contrôlé des déchets ultimes.

Déchet2018-08-22T11:47:35-10:00

“Tout résidu d’un processus de production, de transformation ou d’utilisation,toute substance, matériau, produit ou plus généralement, tout bien abandonné ou que son détenteur destine à l’abandon.”

(Code de l’Environnement, Livre II, Titre 1er)

Déchets dangereux (ou à risques)2018-08-22T11:48:05-10:00

“Tous résidus de produits ou mélanges de produits ou matériaux ayant pour propriété d’être nocifs, ou toxiques, corrosifs, explosifs, combustibles, comburants, résultant de tout emploi dont le rejet dans le milieu naturel est de nature à induire un risque à court, moyen ou long terme, pour la santé de l’être humain et de son environnement.”

(Code de l’environnement – Art.D212-1)

Exemples : déchets d’amiante, déchets résultant d’activités de soins à risques infectieux (DASRI), résidus de peinture, batteries, huile de vidange, etc.

Déchets inertes2018-08-22T11:48:51-10:00

“Tous déchets qui ne subissent aucune transformation physique, chimique ou biologique, susceptible de porter atteinte à la santé de l’être humain et à son environnement.”

(Code de l’environnement – Art.D212-1) :

Exemples : déchets de plastique, métaux, ferrailles, verres, déblais et gravats non polluants, etc.

Déchets non dangereux2018-08-22T11:47:01-10:00

“Les déchets ne relevant ni de la classification des déchets à risques, ni celle des déchets inertes.”

(Code de l’environnement – Art.D212-1)

Exemples : déchets de papiers, cartons, textiles, déchets verts, boues fermentescibles, etc.

Déchets ultimes2018-08-22T11:50:57-10:00

« Déchets, résultant ou non du traitement, qui ne sont pas susceptibles d’être traités dans les conditions techniques et économiques du moment par extraction de la part valorisante ou par réduction de son caractère polluant ou dangereux.”

(Code de l’environnement – Art.D211-1)

En milieu terrestre, les déchets ultimes ne peuvent être stockés de manière permanente que dans un CET (ou Centre d’Enfouissement Technique) installé et exploité suivant les prescriptions règlementaires.

Filières d’élimination2018-08-22T11:51:53-10:00

« Ensemble d’opérations prenant en charge les déchets, dans des conditions satisfaisantes vis-à-vis de la santé publique et de l’environnement, depuis leur production ou leur détention, jusqu’au stade ultime ».

(Code de l’environnement – Art.D211-2)

Producteur de déchets2018-08-22T11:54:20-10:00

“Toute personne dont l’activité produit des déchets (producteur initial de déchets) ou toute personne qui effectue des opérations de traitement des déchets conduisant à un changement de la nature ou de la composition de ces déchets (producteur subséquent de déchets).”

(Code de l’environnement de la France métropolitaine, Art.L. 541-1-1)

Recyclage2018-08-22T13:41:33-10:00

Toute opération consistant à réintroduire directement un déchet dans un cycle de production dont il est issu en remplacement total ou partiel d’une matière première vierge.

Réemploi2018-08-22T11:55:26-10:00

Toute opération par laquelle des substances, matières ou produits qui ne sont pas des déchets sont utilisés de nouveau pour un usage identique à celui pour lequel ils avaient été conçus.

Rétention2018-09-06T14:42:15-10:00

Le stockage de produits liquides et notamment ceux dangereux, nécessite une capacité de rétention (bac, bassine ou tout autre système étanche) qui suit la règle suivante : s’il n’y a qu’un seul contenant, la rétention doit être égale à 100% du volume du contenant. En revanche, si le stock est composé de plusieurs contenants, alors la rétention doit avoir un volume égal à 50% du stock.

La mise en place d’un système de rétention permet de réduire le risque d’écoulement de liquides sur le sol et donc de pollution de l’eau et/ou du sol. Elle permet également la sécurisation du personnel (réduction du risque de chute).

Réutilisation2018-08-22T11:55:53-10:00

Toute opération par laquelle des substances, matières ou produits qui sont devenus des déchets sont utilisés de nouveau.

Traitement2018-08-22T14:47:33-10:00

Le traitement des déchets a pour objectif de réduire, dans des conditions contrôlées, un potentiel polluant initial.

Le traitement des déchets est envisagé aujourd’hui dans un cadre de complémentarité des filières et comprend des opération de valorisation, d’incinération et de stockage (enfouissement).

Valorisation2018-08-22T11:39:33-10:00

Mode d’exploitation des déchets qui vise à les transformer afin de les réintroduire dans le circuit économique.

Le terme générique de valorisation intègre le réemploi, la réutilisation, le recyclage, la valorisation organique, la régénération et la valorisation énergétique des déchets.